ÉVOLUTIONS DU COMMERCE ET DE LA DISTRIBUTION

FAITS ET CHIFFRES 2019
Edité par la Fédération du commerce et de la distribution

Article mis en ligne le 12 mai 2020

par ROMEYER VALERIE MARCELL

Sommaire

  1. LA GRANDE DISTRIBUTION : UN ACTEUR RESPONSABLE - Page 4
    Résumé
    Le commerce en France, ce sont plus de 3,5 millions de femmes et d’hommes engagés, dont près de 2 millions dans le commerce de détail.
    La grande distribution alimentaire est au cœur de quatre problématiques majeures des Français : le pouvoir d’achat, la santé, l’emploi et la ville. L’enjeu prioritaire est de préserver le commerce physique tout en faisant évoluer le nouveau modèle omnicanal plébiscité par les consommateurs.
  2. UN BOULEVERSEMENT COMPLET DU PAYSAGE DES RELATIONS COMMERCIALES - Page 6
    Résumé
    La filière alimentaire traverse une période de profonds bouleversements, caractérisée par une mutation forte des attentes et comportements des consommateurs, une atonie de la consommation, des pressions concurrentielles accrues, le développement rapide du
    e-commerce.
  3. LES CONSÉQUENCES DE CES RUPTURES MULTIPLES - Page 21
    Résumé
    La concurrence accrue entre les enseignes alimentaires, induite par les ruptures majeures impactant la filière, s’est traduite par une guerre des prix et des promotions. Elle a été favorisée par un contexte de croissance quasi-nulle des volumes de consommation.
    Néanmoins, le secteur a pu s’appuyer sur de solides fondamentaux, en particulier la résilience des dépenses alimentaires.
  4. DES NÉGOCIATIONS COMMERCIALES LOIN DES FANTASMES - Page 30
    Résumé
    Contrairement aux idées reçues le niveau de concentration est particulièrement élevé dans l’industrie agroalimentaire. Cette concentration se matérialise par l’extrême domination des marques des multinationales sur les marchés des produits de grande consommation.
  5. DE VRAIS ENJEUX À RÉGLER EN PRIORITÉ - Page 52
    Résumé
    Les profondes transformations auxquelles le commerce est confronté imposent une rapide mise en œuvre de l’équité fiscale entre les différents acteurs (pure players transnationaux et commerces physiques).
    La transparence dans la filière constitue un autre impératif clé, en réponse notamment aux attentes des consommateurs, de même que l’adaptation qualitative (produits bio, sans OGM, …) de l’offre agricole à la demande finale.